Lettre ouverte

... débat sur la problématique des certificats médicaux de non contre indication aux activités subaquatiques

Notre Société compte parmi ses membres de nombreux médecins fédéraux, qui participent aux Commissions Médicales et de Prévention (CMP) régionales ou nationale de la FFESSM. Ces CMP ont mis en place un certain nombre d’outils visant à préserver la santé des licenciés et publient régulièrement des recommandations.

En juin 2014, le Comité Directeur National (CDN) de la FFESSM a décidé de ne plus respecter les recommandations des CMP relatives à la délivrance des certificats médicaux de non contre indication à la pratique des activités subaquatiques, en donnant la possibilité à tous les médecins de signer un certificat (jusqu’au niveau N4).

Cette décision a fait grand bruit auprès de l’ensemble des médecins fédéraux ainsi qu’au sein de notre Société. Aussi il nous a semblé important de permettre aux médecins fédéraux appartenant à notre Société de pouvoir s’exprimer sur ce sujet.

Afin d’essayer de comprendre les ressorts de la décision de la FFESSM, nous vous livrons quelques analyses discutées au sein de notre Société, ainsi que la lettre ouverte du Dr Bruno Grandjean.

Lire la suite : ... débat sur la problématique des certificats médicaux de non contre indication aux activités...

... aux médecins fédéraux de la FFESSM, membres de MEDSUBHYP

Chères consœurs, chers confrères,

Je pense que vous avez été tous informés par l’intermédiaire de vos présidents de Commission Médicale et de Prévention Régionale (CMPR) des nouvelles dispositions qui prévalent pour la délivrance des certificats médicaux de non contre indication (CMNCI) à la pratique des activités subaquatiques. Ces nouvelles règles, c’est-à-dire la possibilité de signer un CMNCI donnée à tous les médecins jusqu’au passage du N4, ont été décidées par le Comité Directeur National (CDN) de la FFESSM en juin 2014 et cela contre l’avis de la Commission Médicale et de Prévention Nationale (CMPN).

Si je m’adresse à vous par l’intermédiaire de la lettre d’information de Medsubhyp, avec l’accord de son conseil d’administration, ce n’est pas pour vous convaincre, vous l’êtes, du bien fondé de la position de la CMPN au regard de la qualification des médecins devant se prononcer sur l’aptitude médicale à la pratique des activités subaquatiques mais, en m’aidant des faits relatés ci-dessous, pour vous permettre de vous faire une opinion et pour beaucoup d’entre vous probablement de la conforter.

Les faits sont donc les suivant : 

Lire la suite : ... aux médecins fédéraux de la FFESSM, membres de MEDSUBHYP

Un accident de trop !!! Mais l'histoire n'est malheureusement peut être pas encore finie

En 2008, nous initions une analyse rétrospective sur les cas de surpression pulmonaire survenus en formation au décours des exercices de remontée sans embout (RSE), motivée par notre expérience et surtout un travail récent sur l’étude des causes de décès en plongée montrant des cas consécutifs à une RSE. Ce qui pour nous, à l’époque, représente une cause inacceptable. Nous publiions alors dans le bulletin de la « Société de Physiologie et de Médecine Subaquatiques et Hyperbares de Langue Française » les résultats de cette étude. La conclusion est sans appel : « Malgré une faible incidence, le barotraumatisme thoracique reste inacceptable par ses circonstances de survenue et sa gravité potentielle. Une sensibilisation des plongeurs sur les conduites à risque, mais surtout une meilleure planification des plongées et une remise en question de la RSE devraient limiter le nombre et la gravité des barotraumatismes. »

A l’époque, nous avons alors informé de cette étude le vice-président de la FFESSM, également président de la Commission Technique Nationale.  Sa réponse a été de nous dire que le sujet n’est polémique que parce que certains l’ont rendu polémique et que l’idée d’un moratoire est totalement inenvisageable, que cette suggestion relève d’une grande méconnaissance de l’appareil fédéral. Nous aurons toutefois « la chance » d’être informé des conclusions du groupe d’étude de la FFESSM travaillant sur ce sujet.

Lire la suite : Un accident de trop !!! Mais l'histoire n'est malheureusement peut être pas encore finie